26 octobre 2009

Reprise

jeansarko015
Retour aux affaires pour moi. A tous les sens du terme...après avoir réparé mon bras cassé , je replonge avec bonheur et envie dans l'arène politique. Cela démarre fort avec la séance du conseil général des hauts de seine. L'ordre du jour appelle la nomination..pardon..l'élection de jean sarkozy dans le fauteuil de membre du conseil d'administration de l'epad. Tous le monde connaît l'affaire dans l'affaire. La veille au soir le fiston à joué le numéro du renoncement au journal de 20h. J'arrive donc au conseil général à Nanterre en me disant que cette affaire va retomber. Pourtant le délire est, semble il, à son paroxysme. ça commence dans la rue où les trottoirs et accès au bâtiment sont fermés et gardés par des policiers tous les 10 mètres (et je n'exagère pas). Une petite centaine de manifestants sont tenus à l'écart. Je passe devant les forces de l'ordre en montrant ma carte de presse à chaque policiers présent...nombreux sont ceux qui râlent même dans leurs rangs : "putain mais qu'est ce qu'on fait là?" "ben on jalonne" " mais ça sert à rien!".
Devant l'entrée, il faut encore montrer pâte blanche. re carte de presse, re accréditation..etc etc. le service de presse me donne une accréditation qui me donne accès à ...rien. Je ne peux aller nulle part si ce n'est la salle de presse. Seuls 4 photographes ont été autorisés à rentrer dans l'hémicycle. Évidemment les élus, font tout pour ne pas passer devant les médias agglutinés, comme moi, dans le hall d'entrée. J'en prends mon parti et décide de, malgré tout, raconter cela. Les services de sécurité partout, et surtout ceux de l'Élysée, les journalistes perdus, les rares opposants qui descendent faire des déclarations outrées devant les caméras. Chronique d'une situation surréaliste où l'on photographie la séance sur des téléviseurs disposés dans les couloirs. Image d'une image, encore une fois. Surréalisme de cet homme surveillant avec attention ce portant vide, cette plante verte au bord de l'agonie. Je ne sais pas si c'est que j'ai été éloigné de tout ça durant trois mois, mais je n'arrête pas de faire des photos de ces cerbères en poste dans tous les coins, qui nous dévisagent et n'osent bouger lorsque que je m'attarde sur eux. ils ne comprennent pas, regarde derrière eux, me regardent, puis reposent le regard lointain de ceux qui sont sûr d'eux. J'entends pourtant la petite musique qui se joue dans leur tête : "putain mais qu'est ce qu'il photographie celui là?" Je fais des images de la bêtise de cette sécurité sécuritaire qui protège toujours les mêmes sans jamais se poser de questions. Mais s'ils s'en posaient, seraient ils là ?...
jeansarko057
Bon, en attendant, je rigole mais je n'ai pas grand chose à proposer au journal. Il me faudra une image de jean sarkozy et pour l'instant il me semble que je ne vais pas le voir. Un appel au journal nous met sur la même longueur d'ondes. Si je n'arrive pas à l'avoir, on racontera l'ambiance que je vis actuellement et l'ineptie de la situation. Ok, je continue donc. Pourtant, au bas d'un escalier un attroupement. la séance va se terminer, les photographes plus malin se sont déjà regroupés. Les barrières vont s'ouvrir et "jean sarkozy va vous parler" comme nous l'annonce un attaché de presse. Au vu de l'organisation nous plaisantons avec mes petits camarades. Tout cela dépasse de beaucoup l'enjeu réel de la chose. Nous nous imaginons sur un sommet international en attente d'une photo avec les grands de ce monde..la réalité est tout autre...ça y est , ça s'ouvre. On court, tient c'est vrai, il faut courir... les premiers arrivé se disposent derrière des barrières..tient ça faisait longtemps...ça pousse..ça crie..Prince jean vient vers nous. Il se dirige vers la droite, assez loin de moi. J'ai deux molosses qui me bouchent la vue. Mes confrères en retard me poussent. Le fiston fait sa déclaration sur la droite. Toutes les caméras sont dirigées vers lui. Comme je ne vois rien j'en profite pour fair l'entourage du garçon juste derrière..c'est toujours ça de pris. Il a fini, on le dirige vers la gauche. Il va passer vers moi. ça crie. Je m'attends à faire une petite série lorsqu'il va passer devant moi. Je m'imagine qu'il va repartir. Et puis il s'arrête juste devant moi..le coup de bol! Il se plante encadré de ses sbires. l'attachée de presse est à côté. Je me dépêche de travailler, pressentant la fuite rapide. Il me regarde avec une moue d'enfant celle là même que l'on fait lorsque l'on a 6 ans et que l'on à été pris la main dans la boite à bonbons. Les cerbères en costumes à droite et gauche le regarde en attendant qu'il parle. Ils le scrutent ne sachant pas vraiment quoi penser ou quoi dire. J'ai l'impression qu'en posant leurs regards sur lui, ils pensent surtout à eux. Leurs carrière, leurs destins. Ils ont la tête du premier de la classe qui fait les devoirs du cancre pour se faire bien voir. Ce même cancre qui est la vedette de la cour d'école. Celui qui décide qui est cool ou pas. Ils sont là devant moi. Ces pauvres types juste derrière, abandonnent leurs libre arbitre entre les mains de jeune comédien qui joue au politique. Car c'est bien de cela qu'il s'agit. c'est une comédie. Le fiston s'étonne que personne ne pose de questions. ben oui c'est vrai qu'il s'est posé là devant des photographes qui ne trouvent rien à lui dire. Alors il commence sa tirade, toujours la même. "je voudrais vous dire tout simplement que mon ambition, elle est pour la défense..." Il parle alors que nous ne lui avons rien demandé..il est comme ça.. pendant ce temps, j'en profite. Je compile les mêmes gestes que le père, les mêmes regards. Le laïus est terminé, il nous remercie....s'il savait...la troupe suit elle aussi. Je vérifie mes images tout de suite, oui je ne suis pas certains de mes réflexes...lorsque je relève la tête, les molosses sont toujours à la même place, juste devant moi. Ils sont les piliers de cet ordre établis dont je me moque.

Posté par sebcalvet à 15:38 - Commentaires [9] - Permalien [#]


Commentaires sur Reprise

    Ça c'est une reprise!

    Le cancre vedette de la cour d'école, et les "pauvres types" qui s'y accrochent: je le vois sur tous ces visages, c'est fascinant!

    Posté par Myriam, 26 octobre 2009 à 18:23 | | Répondre
  • De retour

    Et avec un propos décidément très engagé et rentre dedans de ta part ! Bravo, ça fait plaisir à lire...et à regarder .

    A bientot

    Posté par Pierre, 27 octobre 2009 à 00:39 | | Répondre
  • Bonne reprise !

    Très heureux de vous lire et de vous savoir à nouveau au travail.

    Posté par RichardTrois, 27 octobre 2009 à 00:41 | | Répondre
  • bravo

    merci de nous montrer qu'il y a encore des journalistes courageux pour nous informer

    Posté par albigès, 27 octobre 2009 à 12:53 | | Répondre
  • En parlant de cancre pourriez-vous corriger l'orthographe de votre texte ?

    Posté par Capello, 28 octobre 2009 à 08:10 | | Répondre
  • oups pardon...vous avez raison je n'avais pas pris le temps...pressé que j'étais de vous livrer mes humeurs.. merci de le reprise...en main!

    Posté par sebastien, 28 octobre 2009 à 09:19 | | Répondre
  • merci de LA reprise en main...oulala, il faut que je me réveille..

    Posté par sebastien, 28 octobre 2009 à 09:21 | | Répondre
  • Un grand retour

    Enfin de retour et en pleine forme avec ça.
    Je commençais à ne plus y croire...

    Posté par romain, 30 octobre 2009 à 20:53 | | Répondre
  • Welcome sur ton blog!

    Pour une reprise...
    A chaque fois que je croise Jean S., je me dis "il y a des photos qui se perdent. Si Seb Calvet était là..."
    Bah voilà...
    J'espère que tu nous proposeras bientôt un petit jeu des 7 erreurs à partir de photos du père et du fils !

    Posté par Mary Goodnight, 04 novembre 2009 à 17:27 | | Répondre
Nouveau commentaire